ordinateur

le site des enfants de Douai-Cantin

Accueil du site > Les écrits > comptes-rendus > La vie quotidienne des mineurs

La vie quotidienne des mineurs

par Bugnicourt - école Marcel Pagnol
déjà lu 5147 fois depuis le jeudi 21 juin 2007

Une journée à Lewarde. Le jeudi 15 mars, nous sommes allés à Lewarde. Nous avons pris le bus à 8h30 pour aller au centre historique minier. L'après-midi, nous sommes allés au bois.


Au musée de la mine

Un médiateur est venu nous chercher pour commencer la visite.
Nous avons visité la salle des pendus (salle de bain des mineurs) et la lampisterie puis nous avons mis un casque et nous avons pris le train.

C’est un ancien mineur qui est venu nous chercher à la descente du train. Nous sommes allés dans une salle où notre guide nous a parlé des cafus (trieuses de charbon) puis nous avons pris l’ascenseur pour descendre dans la mine.

Nous avons découvert les conditions de travail des mineurs, leurs tenues et leurs outils. Nous avons vu un cheval qui tirait des berlines. Notre guide a mis des machines en marche pour nous faire entendre le bruit qu’elles faisaient. II nous a également beaucoup parlé du grisou et de la silicose.
Ensuite, nous sommes sortis de la mine et nous avons retrouvé le médiateur du début de la visite. II nous a parlé de la vie quotidienne des mineurs. Nous avons vu que les mineurs habitaient dans des corons et nous avons découvert leurs loisirs (la colombophilie, le jeu de billon, l’estaminet...).

À 11h30 ; nous sommes allés pique-niquer et nous avons fait quelques jeux.

En début d’après-midi, nous sommes retournés à l’intérieur du musée et nous avons observé des maquettes, des fossiles, une grande cloche, le garage à vélos et nous avons visité des bureaux et l’écurie.

Nous avons appris que :

- Les mineurs avaient une salle de bain à la mine (la salle des pendus).
- Il y avait un numéro sur la lampe et les affaires des mineurs.
- Les mineurs allaient chercher leur lampe à la lampisterie.
- Les mineurs utilisaient une lampe à pétrole.
- Si la lampe du mineur manquait à la lampisterie, c’est que le mineur étais resté au fond.
- Les mineurs descendaient au fond grâce à une cage.
- Les mineurs creusaient 1 mètre par jour.
- Les machines dans la mine faisaient beaucoup de bruit.
- On utilisait du bois de sapin pour soutenir la mine.
- Les mineurs faisaient des trous pour y mettre la dynamite et faire un plus gros trou.
- Le travail à la mine était un travail très difficile : absence de lumière du jour, positions difficiles, poussières de charbon, risques d’éboulement.
- Les mineurs restaient 8 heures par jour au fond.
- Les mineurs mangeaient les mains sales.
- Les mineurs portaient des vêtements blancs pour être vus.
- Beaucoup de mineurs avaient la silicose.
- Les mineurs portaient un foulard sur la bouche pour ne pas respirer la poussière.
- Les mineurs avaient peur du grisou.
- Des bacs d’eau avaient été inventés pour éteindre les incendies.
- Les femmes qui triaient le charbon s’appelaient les cafus.
- Des enfants de 8 ans travaillaient à la mine. Ils s’appelaient les galibots.
- Les jeunes filles et les dames portaient un foulard sur la tête.
- Les chevaux tiraient 12 wagonnets pleins de charbon.
- Les chevaux n’étaient pas aveugles.
- On fabrique du métal avec du charbon.
- La mine de Lewarde a été ouverte en 1931.
- En France, il n’y a plus de mine.
- Les mineurs et leur famille vivaient dans des corons.
- Les mineurs avaient un petit jardin derrière leur maison.
- Les mineurs avaient des petits jeux : le billon, la colombophilie...
- Les mineurs venaient travailler à vélo.
- Il y avait un garage à vélos à la mine.

Au travail

Dans la salle des pendus... (salle de bain des mineurs)

Les mineurs se rendaient dans la salle des pendus au début de leur journée après avoir déposé leur vélo dans le garage à vélos et à la fin de leur journée. dans cette salle, ils se changeaient et prenaient leur douche. Les vêtements étaient suspendus afin de sécher et de gagner de la place.

Chaque mineur possédait un numéro qui lui permettait de reconnaître ses affaires.

Les mineurs se lavaient tous ensemble mais il y avait plusieurs salles de bain : une pour les galibots (les enfants), une pour les mineurs adultes, une pour les porions et une pour les ingénieurs.

Le travail des femmes

à la lampisterie

Les lampistes nettoyaient et préparaient les lampes des mineurs. Le mineurs se rendait à la lampisterie après être passé à la salle des pendus. Il devait donner un jeton avec son numéro en échange de sa lampe et le récupérait à la fin de sa journée losqu’il rendait la lampe. Si un jeton restait, cela voulait dire que le mineur était encore au fond.

les cafus

Les cafus travaillaient en surface.

Les cafus triaient le charbon avec leurs mains. Elles retiraient tout ce qui n’était pas du charbon (ce sont nos terrils !).
Elles portaient un foulard sur la tête car il y avait beaucoup de poussières.

Au fond de la mine

pour descendre à la mine

Les mineurs prenaient parfois le train pour se déplacer d’un endroit à l’autre.

Pour aller dans la mine, au 19e siècle, les mineurs descendaient debouts sur un tonneau ou étaient attachés à une corde.
Ensuite, ils descendaient dans une cage.
Cette cage allait très vite.
Nous, nous sommes descendus en ascenseur.

les habits des mineurs

Au 19e siècle, les mineurs étaient habillés en blanc pour être vus. Ils portaient des espadrilles et un chapeau sur la tête (la barette).

Plus tard, les mineurs portaient un bleu de travail, un casque avec une lampe et un mouchoir devant la bouche pour respirer moins de poussières de charbon et ne pas avoir la silicose (maladie des mineurs).

Les mineurs étaient surnommés les gueules noires car ils avaient le visage tout noir à cause du charbon.

les outils des mineurs

Les mineurs au début

- les premiers outils

- la modernisation du travail des mineurs

Les outils des mineurs ont beaucoup évolué. Les premiers mineurs faisaient tout à la main avec comme seul outils : un pic, une masse, une hache et de la dynamite. Ensuite, les machines sont apparues dans la mine : le marteau piqueur, la haveuse (machine qui arrache le charbon), le tapis roulant qui transporte le charbon vers le train des berlines.
Il y avait donc moins de mineurs mais le métier restait très difficile. Les machines faisaient beaucoup de bruits.

la sécurité dans la mine

- un travail dangereux

Le travail au fond de la mine était très dangereux.
Les mineurs pouvaient avoir la silicose (maladie des poumons).
Il y avait aussi des risques d’éboulement et des risques d’explosion et d’incendie suite à un coup de grisou (gaz contenu dans le charbon).

- des mesures de sécurité

Pour réduire le risque de silicose les mineurs devaient porter un mouchoir devant la bouche et on arrosait le charbon pour qu’il dégage moins de poussières.
Pour réduire le risque d’éboulement, on utilisait du bois de sapin qui était très solide et il craquait avant de se fendre.

Pour lutter contre les incendies, on a inventé des systèmes comme les bacs d’eau.

À la maison

dans les corons

Les familles des mineurs vivaient dans des corons à côté de la mine.
Les corons étaient des petites maisons identiques construites pour les mineurs.
Ils avaient ainsi un logement pas cher et tout près de la mine.

Les corons possédaient une pièce de vie et une chambre pour toute la famille (les grands-parents, les parents et les enfants), un jardin et un cabanon au fond du jardin.

Une famille prenant le seul vrai repas de la journée dans la pièce de vie.
Le mineur avait juste pris le briquet dans la mine.

Les loisirs

- l’estaminet

Les mineurs se détendaient après le travail.

Ils discutaient et jouaient.

- la colombophilie
Les mineurs élevaient des pigeons et ils faisaient des courses avec leurs pigeons. Le pigeon qui revenait le premier était le gagnant.

- les jeux
jeu de billon

- le jardinage
Chaque mineur cultivait son petit jardin.

Voir aussi : notre spectacle Autour de la mine

La classe de CE1-CE2 de Mlle Souris

Articles les plus visités de la même école :

 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Espace privé | SPIP